Technaute.ca

Le téléphone joue un plus grand rôle dans la chasse aux bonnes affaires

Agence France-Presse (Washington)
23 novembre 2012 | 10 h 25
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Mobilité

L'essor des téléphones multimédias influence le comportement des acheteurs, qui utilisent de plus en plus l'internet mobile pour vérifier que la «bonne affaire» qu'ils voient en rayon en est vraiment une.

Durant la période des fêtes aux États-Unis, ouverte vendredi avec le «Black Friday», 48 millions de personnes devraient utiliser leur téléphone intelligent dans un magasin pour comparer les prix proposés avec ceux de la concurrence, afin de décider s'ils passent ou non à la caisse, selon l'institut de recherche IDC.

Cela représente 20% de la population adulte et la pratique a bondi de 134% sur un an, selon IDC, qui estime que l'utilisation de ces téléphones pourrait influencer jusqu'à 1,7 milliard de dollars d'achats de fin d'année.

«Le vrai fléau pour les commerçants, c'est l'application indépendante de comparaison des prix», souligne Greg Girard, analyste chez IDC.

Plusieurs de ces petits programmes téléchargeables sur les téléphones intelligents permettent de comparer les prix ou de regarder les avis des internautes avant d'acheter.

Les consommateurs y recourent surtout pour les appareils électroniques et autres objets coûteux, mais aussi de plus en plus pour des chaussures ou des vêtements.

«Une fois que les consommateurs commencent à utiliser leur téléphone intelligent quand ils vont faire les courses, ils ont tendance à l'utiliser beaucoup. Généralement pour 50% à 60% de leurs passages en magasin», souligne un autre rapport du cabinet Deloitte.

Au final, 80% des commerces américains vont être concernés pendant les fêtes, et vont y perdre environ 5% de leurs ventes, selon une étude de la société de recherche Edgell Knowledge Network.

Certains consommateurs demanderont au commerçant de faire un geste et de s'aligner sur le prix qu'ils voient sur leur téléphone intelligent.

D'autres achèteront directement sur internet l'objet qu'ils sont en train de regarder dans le magasin, relégué au rang de salon d'exposition («showroom»), d'où le nom américain donné à ce comportement, «showrooming».Certains commerçants néanmoins s'adaptent.

Wal-Mart, numéro un mondial de la distribution, a sa propre application pour téléphone intelligent, permettant de se connecter depuis ses magasins et d'acheter en ligne les articles qui ne sont pas en rayon.

Cela représente 12% de ses ventes mobiles.

Les grands magasins Macy's ont aussi leur application spécifique, et réservent à ses utilisateurs les meilleures promotions pour «Black Friday», le grand jour de soldes du vendredi qui suit Thanksgiving.

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité