Technaute.ca

Fraude informatique: un Montréalais risque 20 ans de prison

Catherine Handfield, La Presse
14 février 2009 | 07 h 29
Un Montréalais a été reconnu coupable d'avoir fraudé une vingtaine... (AFP)
AFP
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Matériel informatique

Un Montréalais a été reconnu coupable d'avoir fraudé une vingtaine d'entreprises informatiques américaines pour plus de 3 millions de dollars. Gil Couto, 52 ans, risque une peine de prison de 20 ans à purger aux États-Unis.

Pour en savoir plus
Processeurs et microprocesseurs

Le 2 février, M. Couto a été inculpé de complot et de deux chefs de fraude électronique à la Cour fédérale de Syracuse, dans l'État de New York. Son procès, qui s'est déroulé devant un jury, faisait suite à une enquête menée par les services secrets américains et la police de Montréal. Gil Couto avait été arrêté l'an dernier en Floride, alors qu'il se trouvait en vacances avec sa femme et ses deux enfants.

 

La justice américaine lui reproche d'avoir commandé une grande quantité de matériel informatique de fournisseurs américains entre février et juillet 2003. Le Montréalais, qui passait ses commandes au nom de son entreprise, Sky Tech Engineering, n'a jamais payé son dû.

Gil Couto procédait toujours de la même manière: son entreprise faisait d'abord venir de petites quantités de matériel, qu'elle payait promptement dès la livraison. La confiance établie, Sky Tech commandait alors des quantités plus importantes de matériel, dont des processeurs et des cartouches d'imprimante laser.

En guise de paiement, Gil Couto envoyait des chèques sans fonds ou liés à un compte bancaire fermé. Selon la justice américaine, il revendait ensuite le matériel à un détaillant de pièces informatiques de Saint-Laurent.

Au moins 19 entreprises situées au quatre coins des États-Unis ont été fraudées pour des sommes variant entre 3000$ et 880 000$.

Gil Couto sera de retour devant le juge le 1er juin prochain pour connaître sa sentence. Il risque un maximum de 20 ans d'emprisonnement et une amende de 250 000$ pour chaque chef d'accusation.

 

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité