Google lance sa technologie pour les articles sur téléphone mobile

Le projet AMP de Google offre des fonctionnalités... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

Le projet AMP de Google offre des fonctionnalités sur la gestion des publicités, des paywalls et des rapports statistiques.

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page Fil RSS
Agence France-Presse
PARIS

Le patron de Google Sundar Pichai a annoncé mercredi à Paris le lancement mondial du format «AMP» (pour «Accelerated Mobile Pages»), une technologie qui permet un affichage des articles dans Google quatre fois plus vite sur téléphone portable et en utilisant dix fois moins de données.

Alors que le mobile s'impose comme le principal support de diffusion des médias, dont les géants de l'internet se disputent les contenus, Google riposte ainsi à Facebook, qui lance un système baptisé «Instant Articles» pour attirer les éditeurs. «Instant Articles», qui promet un affichage des articles quasi instantané, est déjà testé par plus de 350 médias dans le monde.

«Je suis ravi qu'un certain nombre de partenaires français rejoigne AMP aujourd'hui - y compris TF1, Les Échos, Ouest France, 20 Minutes et des centaines de partenaires à l'échelle mondiale. Ceci est un projet prioritaire pour Google comme pour moi», a dit Sundar Pichai lors d'une intervention devant les étudiants de Sciences Po. RTL.fr a aussi rejoint le mouvement.

Le projet AMP de Google est lancé avec des partenaires éditeurs dans 6 pays européens (France, Allemagne, Espagne, Royaume-Uni, Italie et Russie). Il offre des fonctionnalités sur la gestion des publicités, des paywalls (section payantes) et des rapports statistiques.

Le format AMP permet aussi d'afficher, au sein des résultats habituels de Google, une sélection de résultats présentés sous forme de «carrousel» horizontal. Ces articles au format AMP seront ainsi mieux mis en avant -- un avantage pour les éditeurs qui adoptent ce format.

Par ailleurs, il a annoncé la mise à disposition gratuite d'un outil baptisé «Project Shield», qui protége les sites d'informations des attaques par déni de service (attaques DDoS). «Je suis heureux d'annoncer aujourd'hui que nous mettons à disposition le projet Shield à tous les éditeurs indépendants du monde. Gratuitement», a-t-il conclu.

Partager

Publicité
Publicité
Publicité
image title
Fermer
image title
Fermer