Twitter restaure l'accès aux tweets politiques effacés

Twitter a expliqué qu'il souhaitait ainsi «mettre davantage... (PHOTO KACPER PEMPEL, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Twitter a expliqué qu'il souhaitait ainsi «mettre davantage de transparence dans le dialogue avec l'opinion».

PHOTO KACPER PEMPEL, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page Fil RSS
Agence France-Presse
WASHINGTON

Twitter va restaurer, au nom de la «transparence», l'accès aux tweets effacés d'hommes politiques dans une trentaine de pays, dont les États-Unis où les candidats à l'élection présidentielle de novembre 2016 utilisent fréquemment le réseau social pour leur campagne.

Le réseau social californien, très utilisé notamment par le candidat en tête de la course républicaine à la Maison-Blanche Donald Trump, a expliqué jeudi dans un communiqué qu'il souhaitait «introduire davantage de transparence dans le dialogue avec l'opinion».

Twitter avait pourtant bloqué cette année l'accès aux tweets des hommes politiques effacés par leurs propres soins, arguant que ces derniers avaient le droit, comme les autres utilisateurs du réseau, de supprimer leurs messages de 140 caractères.

Pour ce faire, le réseau social avait empêché le site internet Politwoops d'accéder à ces tweets effacés, écrits dans une trentaine de pays, dont la France, la Belgique, le Canada, le Royaume-Uni, l'Allemagne, l'Espagne, l'Italie, l'Inde et l'Égypte.

Mais Twitter a décidé de changer son fusil d'épaule pour «mettre les responsables publics face à leurs responsabilités».

Au moment où le réseau social «devient une plateforme plus importante pour le discours politique, il est essentiel que les tweets des hommes politiques et des responsables publics restent en ligne et accessibles au grand public», a estimé Brett Solomon, directeur de l'association des droits numériques Access Now, cité par Twitter dans son communiqué.

La société basée à San Francisco a conclu un accord avec l'entreprise néerlandaise Open State Foundation, qui avait lancé Politwoops en 2010, et la Sunlight Foundation, qui suit les hommes politiques américains.

Ayant commencé aux Pays-Bas avant d'étendre ses activités dans 30 pays, Politwoops s'est avéré une source d'embarras fréquent pour les hommes politiques mais un outil utile pour les journalistes et les électeurs.

«Politwoops est un outil important pour mettre les responsables publics, y compris les candidats ou les responsables élus et nommés, face à leurs responsabilités dans les déclarations qu'ils font», a affirmé Jenn Topper, de la Sunlight Foundation, citée par Twitter.

«Et nous sommes heureux d'avoir conclu un accord avec Twitter pour les remettre en ligne à la fois aux États-Unis et dans le monde», a-t-elle ajouté.

Le directeur de l'Open State Foundation, Arjan El Fassed, a estimé dans le même communiqué que cet accord était une «grande nouvelle pour ceux qui pensent que le monde a besoin de davantage de transparence».

Il a précisé que des projets étaient en cours pour étendre cette pratique à d'autres pays «afin que l'opinion puisse demander des comptes aux responsables publics».

Partager

Publicité
Publicité
Publicité
image title
Fermer
image title
Fermer