Technaute.ca

Les réseaux sociaux, machines à user et à inventer les mots

Agence France-Presse (Paris)
25 mars 2013 | 06 h 25
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Internet

«Machines à user les mots», totalement détournés de leur sens premier comme «social» ou «ami», les réseaux sociaux sont aussi de puissants outils collectifs où s'invente et s'expérimente le langage, estiment des linguistes et spécialistes des médias, interrogés par l'AFP.

Le rapport semble en effet assez lointain entre la vie de la société et une expression comme «social TV», qui désigne la manière dont les internautes commentent en direct, sur ces réseaux, le déroulement des émissions télévisées.

Et l'affection qui relie deux êtres dans l'amitié n'a sans doute pas grand chose à voir avec les «amis» facebook, inconnus pour la plupart, rivés à leurs activités sur la Toile.

«Je n'ai pas d'ami sur facebook», ironise le journaliste et blogueur Guy Birenbaum, dont le compte, «liké» 5375 fois, affiche sur sa page d'accueil une photo: «Vous êtes en zone dangereuse».

Avec internet, le langage «n'a jamais autant évolué», se réjouit-il. «C'est un formidable espace de circulation et de partage mais il n'y a pas que du bon. Je n'aime pas le langage SMS mais les nouveaux mots inventés sur les réseaux sociaux sont souvent les plus jolis», ajoute-t-il, intarissable sur son chouchou du moment: «la perpétweeté».

«Un bon mot qui reste, dit-il, c'est comme pour la musique, quand quelque chose s'impose à tous, universellement. C'est ça internet et la culture populaire».

Jean Véronis, professeur des universités spécialiste du langage, adore le mot blogue et la façon dont il est né. Il raconte: «ça vient de log, la bûche, qui attachée à une ficelle servait à mesurer les noeuds marins, reportés ensuite sur le carnet de bord du capitaine, devenu carnet de bord de la toile, du web, duquel on a gardé le B, pour B-log».

Darwinisme lexical

Cet universitaire rejette l'idée selon laquelle les réseaux sociaux appauvriraient la langue: «social, ami, changent de sens mais c'est une évolution naturelle et une richesse. Ça marche ainsi depuis que l'homme existe, c'est du darwinisme lexical».

Les mots sont souvent adoptés «pour leur utilité», ajoute-t-il. «Il nous manque des verbes en français, donc nous francisons l'anglais, on dit «liker» ou «unliker», on ne «love pas» les gens. L'anglais a l'avantage d'utiliser deux fois moins de mots», n'en déplaise aux puristes de la langue de Molière.

Les réseaux sociaux, conclut M. Véronis, «ne font pas plus changer notre langue que les Médicis au XVIe siècle ou les légions romaines».

Salman Rushdie, Haruki Murakami, Patricia Cornwell, Alexandre Jardin... Nombre d'écrivains ont cédé aux gazouillis de twitter. D'autres ont même créé un «institut de twittérature comparée» basé à Québec et Bordeaux.

Le linguiste Alain Rey reste circonspect: «à partir du moment où on parle de réseau social pour désigner quelque chose qui met en rapport des gens quelconques facilement, le mot social ne désigne plus la société toute entière. C'est un peu comme le mot populaire, devenu péjoratif».

«On dit aussi follower pour ami mais la personne qui vous suit a parfois de très mauvaises intentions. On est loin de mon doux ami qui signifiait mon amour au Moyen Age. On valorise une pratique qui est loin de l'amitié», explique M. Rey. S'il reconnaît le bien fondé des réseaux sociaux comme outil, il les voit aussi comme «des machines à user les mots par la rapidité et l'ampleur des relations» qu'ils génèrent.

«Internet accélère les échanges et favorise la dissémination des mots. Cela n'interdit pas de prêter une grande attention à leur sens et à leur bon usage», prévient quant à lui Arnaud Mercier, directeur de l'Observatoire du webjournalisme et de la licence professionnelle de journalisme numérique à l'université de Lorraine.

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité