Technaute.ca

Assange critique un film d'Hollywood sur WikiLeaks

Agence France-Presse (Londres)
24 janvier 2013 | 09 h 21
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Internet

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a critiqué mercredi un film d'Hollywood consacré au site qu'il a créé, l'accusant d'être «une attaque de propagande massive».

Invité à parler par vidéoconférence aux étudiants de la prestigieuse université d'Oxford depuis l'ambassade équatorienne à Londres, Julian Assange a révélé qu'il s'était procuré une copie du script de ce film, intitulé «Le 5e domaine», qui doit sortir en novembre.

«C'est mensonge sur mensonge. Le film est une attaque de propagande massive contre WikiLeaks et les membres de mon équipe», a déclaré le militant australien d'internet à ses auditeurs du Cercle des étudiants d'Oxford.

Julian Assange, âgé de 41 ans, a également accusé le film de «jeter de l'huile sur le feu» dans le conflit contre l'Iran en laissant entendre que la République islamique fabriquait une bombe nucléaire.

Selon le scénario qu'il a eu entre les mains, a-t-il dit, la première scène est située à l'intérieur d'un complexe militaire iranien avec des documents portant des symboles nucléaires.

«Qu'est-ce que cela a à voir avec nous?», a demandé M. Assange qui est réfugié depuis juin à l'ambassade d'Equateur afin d'échapper à une extradition vers la Suède pour une affaire de viol et d'agression sexuelle présumés, dans laquelle il clame son innocence.

Les studios DreamWorks d'Hollywood ont annoncé mardi le début du tournage du film sur WikiLeaks où l'acteur britannique Benedict Cumberbatch interprète le rôle de Julian Assange et l'Allemand Daniel Bruehl son ancien porte-parole Daniel Domscheit-Berg.

Le metteur en scène est Bill Condon, qui a signé les deux derniers épisodes de la saga de vampires «Twilight».

L'Equateur a accordé l'asile politique à Julian Assange, mais Londres entend appliquer le mandat d'arrêt suédois. WikiLeaks a provoqué la fureur des États-Unis en 2010 en publiant des centaines de milliers de documents classés secrets sur les guerres d'Irak et d'Afghanistan, mais aussi des messages diplomatiques confidentiels qui ont mis dans l'embarras des gouvernements du monde entier.

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité