Technaute.ca

WikiLeaks publiera un million de documents en 2013

Agence France-Presse (Londres)
20 décembre 2012 | 15 h 51
Julian Assange... (Kirsty Wigglesworth)
Julian Assange - Kirsty Wigglesworth
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Internet

Le site internet WikiLeaks, spécialisé dans la divulgation de rapports secrets, publiera un million de documents en 2013, a annoncé jeudi son fondateur Julian Assange, dans une intervention à partir du balcon de l'ambassade d'Équateur à Londres où il s'est réfugié il y a six mois.

Pour en savoir plus
WikiLeaks | Julian Assange

«L'année prochaine sera aussi bien remplie (que 2012). WikiLeaks prépare la publication d'un million de documents, des documents qui touchent tous les pays dans le monde, tous les pays dans ce monde», a déclaré M. Assange, sur un ton combatif et sous les applaudissements d'une centaine de ses partisans.

WikiLeaks a déjà notamment publié des rapports de l'armée américaine sur l'Irak et l'Afghanistan et 250 000 télégrammes américains, provoquant l'ire de Washington.

«Il y a six mois, il y a 185 jours, je suis entré dans ce bâtiment, c'est devenu ma maison, mon bureau et mon refuge», a lancé M. Assange dans sa deuxième intervention publique à l'ambassade d'Équateur depuis qu'il s'y est réfugié.

«La porte est ouverte, la porte a toujours été ouverte à quiconque veut me parler» en vue de régler la situation, a-t-il affirmé, dans un discours d'une dizaine de minutes fait du balcon de l'ambassade d'Équateur, décoré d'une guirlande de Noël et situé à quelques pas du grand magasin Harrods.

Julian Assange, un Australien de 41 ans, est reclus depuis juin dans l'ambassade d'Équateur afin d'échapper à une extradition vers la Suède pour une affaire de viol et d'agression sexuelle présumés, dans laquelle il clame son innocence.

L'Équateur lui a accordé l'asile politique, mais Londres entend appliquer le mandat d'arrêt suédois. Le «cyber-warrior» affirme que s'il est envoyé en Suède, il risque à terme d'être extradé vers les États-Unis et d'y encourir la peine de mort.

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité