Technaute.ca

McAfee est au Guatemala et veut l'asile politique

Agence France-Presse (Guatemala)
04 décembre 2012 | 15 h 08
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Internet

John McAfee, fondateur et ex-patron américain de la société de sécurité informatique recherché par le Belize pour un meurtre présumé, se trouvait mardi au Guatemala, pays auquel il souhaite demander l'asile politique, a annoncé son avocat guatémaltèque.

Pour en savoir plus
McAfee | Wired | John McAfee

«Je suis chargé de déposer sa demande d'asile politique (...) Nous nous sommes rencontrés mardi matin dans un hôtel» de Guatemala City, a déclaré à l'AFP cet avocat, Telesforo Guerra.

M. McAfee «est poursuivi au Belize, poursuivi politiquement parce qu'il a arrêté de donner de l'argent au gouvernement».

«Les autorités du Belize l'accusent d'un crime de droit commun (...), je dois donc obtenir l'octroi d'un asile», a ajouté l'avocat.

Me Guerra a assuré que son client «craint pour sa vie, parce qu'après avoir tant soutenu le gouvernement actuel du Belize, ils veulent aujourd'hui toujours plus d'argent, ils l'empochent sans réinvestir».

La police du Belize recherche M. McAfee depuis plusieurs semaines pour l'interroger sur le meurtre le mois dernier d'un de ses concitoyens, Gregory Faull, retrouvé mort dans la piscine de son domicile sur l'île d'Ambergris Caye, au large du Belize, dans la mer des Caraïbes.

Cet Américain, âgé de 52 ans, voisin de John McAfee sur l'île, avait été tué par balles tirées dans la tête.

Il n'y avait aucun signe d'effraction mais son téléphone portable et son ordinateur portable avaient disparu.

L'ex-patron de la société anti-virus McAfee avait déclaré au magazine américain Wired qu'il était inquiet parce que les tueurs de Faull étaient à sa recherche.

McAfee habitait Belize depuis quatre ans.

L'industriel avait vendu sa société anti-virus pour plusieurs millions de dollars au début des années 1990.

Partager

Sur le même sujet

Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité