Technaute.ca

Le trafic mobile de données a doublé en un an, dit Ericsson

Agence France-Presse (Stockholm)
21 novembre 2012 | 09 h 39
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Internet

Le volume de données échangées par des appareils électroniques mobiles a doublé en un an dans le monde, dopé par la croissance de la vidéo sur l'internet, selon des chiffres publiés mercredi par l'équipementier en télécoms suédois Ericsson.

Au troisième trimestre, ce volume a dépassé 900 pétaoctets mensuels (900 millions de milliards d'octets), plus du double par rapport au troisième trimestre 2011, et 16% de plus qu'au deuxième trimestre.

D'après Ericsson, les volumes de données transportés par les réseaux mobiles devraient continuer à doubler chaque année pendant les six prochaines années, avec la croissance du nombre d'utilisateurs et de la consommation de chacun d'entre eux.

Si les ordinateurs et tablettes dominent encore le trafic, les téléphones devraient en représenter la moitié en 2018, avec la généralisation des smartphones. Ces derniers ont représenté au troisième trimestre 40% des téléphones portables vendus dans le monde.

Le taux mondial de pénétration de la téléphonie mobile a atteint 91% au troisième trimestre. Ericsson estime qu'il devrait y avoir 9,3 milliards d'abonnements en 2018, contre 6,6 milliards aujourd'hui.

Ericsson a relevé que les appareils mobiles et l'extension des réseaux avaient poussé les utilisateurs à être présents sur les réseaux sociaux sur l'internet «tout au long de la journée».

Par exemple, «les consommateurs ne s'arrêtent pas simplement d'utiliser Facebook ou Twitter parce qu'ils s'assoient devant leur télévision. Les deux activités sont plutôt menées en parallèle», a expliqué le groupe.

Il a relevé que les utilisateurs ne se rendaient pas toujours compte des volumes de données qu'ils consommaient. Ericsson a ainsi démontré qu'il revenait quelquefois moins cher d'acheter la version payante d'un jeu plutôt que de jouer à la version gratuite, qui oblige à télécharger des publicités.

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité