Technaute.ca

Google condamné en tant qu'éditeur pour diffamation en Australie

Agence France-Presse (Sydney, Australie)
12 novembre 2012 | 09 h 22
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Internet

Google a été condamné lundi en Australie à 200 000$ australiens (160 000 euros) de dommages et intérêts pour diffamation en sa qualité d'éditeur après la publication sur le moteur de recherche d'informations liant le plaignant à la pègre locale.

Pour en savoir plus
Google | Yahoo! | Internet | Moteurs de recherche

Milorad Trkulja, un producteur de musique de 62 ans, avait été associé aux grandes figures du crime organisé à Melbourne après avoir été visé par des coups de feu dans un restaurant de la ville en 2004.

L'enquête n'a jamais abouti.

Des recherches effectuées sur son nom insinuaient qu'il avait été la cible d'un tueur à gages, proposaient des articles sur un parrain du crime, Tony Mokbel, et renvoyaient vers le site «Melbourne Crime» qui recensaient les actes de délinquance liés au milieu.

Pour la Cour suprême de l'État de Victoria, Google doit être tenu responsable des contenus qu'il héberge au même titre que les bibliothèques ou les marchands de journaux «auxquels a parfois été reconnue la qualité d'éditeur dans le cadre de la loi contre la diffamation».

Au surplus, Google a omis de bloquer le contenu incriminé malgré les demandes écrites des avocats de Trkulja en octobre 2009.

Google a rejeté sa responsabilité ainsi que la nature diffamatoire du matériel concerné.

«Les résultats de recherche sur Google reflètent le contenu et l'information disponibles sur la toile», a déclaré à l'AFP un porte-parole de la firme. De même, «les sites apparaissant dans les résultats de recherche sur Google sont contrôlés par les administrateurs de ces sites, pas par Google», a-t-il ajouté.

Milorad Trkulja avait déjà gagné cette année 225 000$ australiens de dommages et intérêts à l'issue de son procès contre Yahoo! pour les mêmes motifs.

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité