Technaute.ca

Des développeurs montréalais veulent révolutionner le réseau de la santé

Alain McKenna, collaboration spéciale, La Presse (Montréal)
07 février 2012 | 13 h 01
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Internet

Des développeurs montréalais désireux d'aider les professionnels de la santé à délaisser le téléavertisseur au profit de services web dernier cri organiseront à la fin février un premier weekend intensif de développement de nouvelles applications destinées à améliorer leur environnement de travail.

L'événement HackingHealth, qui aura lieu à Montréal les 24 et 25 février prochains, devient le premier du genre au pays à s'intéresser à la santé. Il s'inscrit dans la foulée des « hackathon », des séances intensives de création durant lesquelles programmeurs et bidouilleurs utilisent les ressources à leur disposition afin de créer des applications informatiques visant à améliorer un système donné.

>>> Suivez Alain McKenna sur Twitter! (@mcken)

Selon les créateurs de HackingHealth, « le modèle du secteur de la santé n'est pas durable et fonctionne avec des outils dépassés (téléavertisseurs, dossiers manuscrits). L'approche descendante («top-down») du gouvernement et des institutions est incapable de moderniser la Santé convenablement. L'innovation doit donc venir d'un mélange d'experts de la santé et de spécialistes des technologies web et mobiles. »

Parrainé par des organismes aussi divers que les Éditions Rogers, la Fondation Jeanne Sauvé, le réseau Île sans fil et Montréal Ouvert, HackingHealth réunira des médecins, des chirurgiens, des ingénieurs logiciels et des développeurs web. Les organisateurs sont de jeunes professionnels dirigés par l'Albertain Jeeshan Chowdhury, un étudiant à Oxford, à Calgary et à Montréal spécialisé dans les technologies de la santé.

Avis aux intéressés, cette réunion sera orientée sur trois axes principaux : remplacer les téléavertisseurs par une application de messagerie instantanée spécialisée, faire le suivi du temps d'attente selon les salles d'urgence dans une région donnée et faciliter la mobilité des médecins à l'aide de géolocalisation et de cartes géographiques disponibles sur internet.

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité