Technaute.ca

Wikipédia fermera son site mercredi

Sarah Skidmore, Associated Press
16 janvier 2012 | 23 h 16
Le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales.... (Photo: André Pichette, archives La Presse)
Le fondateur de Wikipédia, Jimmy Wales. - Photo: André Pichette, archives La Presse
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Internet

Wikipédia empêchera l'accès à son site, mercredi, afin de témoigner de son désaccord face à des projets de loi anti-piratage qui font l'objet de débats au Congrès américain.

Dans un geste sans précédent, le site internet sera inaccessible pendant 24 heures, une initiative qui apportera un soutien accru aux détracteurs des projets de loi, de plus en plus nombreux.

Wikipédia est considéré comme l'un des sites internet les plus populaires, avec des millions de visiteurs chaque jour.

Wikimedia, la fondation derrière le site Web, a affirmé que ces projets de loi, si adoptés, feraient du tort à la gratuité de l'internet et auraient pour effet de produire de nouveaux outils de censure de sites Web internationaux à l'intérieur des États-Unis.

L'objectif des projets de loi Stop Online Piracy et Protect Intellectual Property, qui sont en étude au Congrès, est de s'attaquer aux ventes des produits américains piratés à l'étranger.

Les partisans des projets de loi incluent les industries du film et de la musique, qui voient souvent leurs oeuvres vendues illégalement. Les représentants de ces deux industries soutiennent que ces lois sont nécessaires pour protéger la propriété intellectuelle et les emplois.

Des critiques estiment que ces mesures pourraient être néfastes pour l'industrie de la technologie et porter atteinte à la liberté d'expression.

Le fondateur du site Internet, Jimmy Wales, avait annoncé lundi sur son compte Twitter qu'il envisageait la fermeture temporaire de la version anglaise du populaire site Internet.

Dans un courriel acheminé à l'Associated Press, M. Wales a déclaré que les projets de loi menaçaient l'usage gratuit, libre et sécuritaire de la toile.

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité