Technaute.ca

«Faut-il tuer Obama?» Facebook ferme sa page

Agence France-Presse (San Francisco)
01 octobre 2009 | 09 h 53
Barack Obama... (Photo: AP)
Barack Obama - Photo: AP
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Internet

Le service chargé de la protection de Barack Obama a indiqué lundi avoir ouvert une enquête pour identifier les auteurs d'un sondage paru sur le site de socialisation Facebook demandant aux internautes si le président américain devait être assassiné.

Pour en savoir plus
Facebook | Barack Obama | Réseautage social

Facebook a fermé lundi la page en question, intitulée «Obama doit-il être tué?» et proposant comme réponses «oui», «non», «peut-être» et «s'il m'enlève mon assurance santé».

«Une fois que nous avons découvert cette page, nous avons travaillé avec Facebook afin qu'ils la ferment», a indiqué à l'AFP un porte-parole des Secret Service (USSS), le service chargé de la protection des personnalités, Malcolm Wiley.

«Nous sommes bien évidemment en train d'enquêter, comme nous le serions dans n'importe quel autre cas de menaces», a-t-il ajouté.

Plus de 750 utilisateurs de Facebook auraient répondu au sondage avant qu'il ne soit retiré.

Il avait été mis en ligne au cours du week-end via une application conçue par une entreprise tierce permettant aux utilisateurs de mener leurs propres sondages, selon un porte-parole de Facebook, Barry Schnitt.

«En général, les gens mettent en ligne des sondages futiles comme pour demander à des amis où ils devraient aller dîner ou ce qu'ils pensent d'un certain film», a-t-il expliqué.

Facebook a été contraint de fermer l'application, qui ne pourra pas être utilisée tant que l'entreprise propriétaire n'aura pas assuré Facebook que le sondage a été retiré et que des mesures sont prises pour prévenir l'apparition de telles enquêtes, a souligné M. Schnitt.

Le président Obama défend avec vigueur un projet très controversé de réforme du système de santé qui piétine actuellement au Congrès.

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité