Technaute.ca

Québec: des entreprises qui s'imposent

Marc Allard, La Presse
07 juin 2008 | 06 h 00
La ville de Québec...
La ville de Québec -
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Nouvelles

Les entreprises Opsens, Volta Creation et Optosecurity s'imposent dans le secteur technologique de Québec.

Pour en savoir plus
Beenox | Electronic Arts | Frima Studio | Ubisoft

Opsens

- Télémétrie

- Fondation: 2003

- Employés: 25Pour mesurer la température et la pression dans les profondeurs des sables bitumineux de l'Alberta, les plus grandes pétrolières du monde utilisent les capteurs en fibre optique d'Opsens, une jeune entreprise de Québec. Plongés dans des puits de pétrole brûlant, les capteurs permettent d'ajuster le débit de la pompe, l'empêchent de surchauffer et augmentent son rendement de 5 à 10%, indique le président d'Opsens, Pierre Carrier.

Dans le domaine médical, l'entreprise fabrique aussi des capteurs de la grosseur d'un cheveux qui sont insérés dans le corps humain pour mesurer la pression du sang. Détenteurs d'une maîtrise en physique de l'Université Laval, Claude Belleville et Gaétan Duplain ont développé cette technologie. M. Carrier s'est joint à eux en 2003. Il a lui-même contribué au financement. D'autres partenaires de Québec ont aussi fourni du capital de risque.

Opsens est devenu une entreprise publique en 2006. Elle s'est établie dans la capitale parce que celle-ci dispose d'un vaste bassin de chercheurs en optique grâce au département de physique et d'optique de l'Université Laval et à l'Institut national d'optique. Opsens a acheté en décembre Inflo Solutions, une entreprise de Calgary spécialisée dans l'installation des capteurs. Avec une croissance de 327% au premier trimestre, Opsens compte poursuivre son expansion cette année.

Volta Creation

- Infographie

- Fondation: 2006

- Employés: 10

Derrière les décors et les personnages des jeux vidéo d'Ubisoft et d'Electronic Arts, ou des pubs de Mc Donald's et de Toyota, se cachent parfois les créateurs de Volta Création. Cette boîte de Québec se spécialise dans le «concept art». Elle crée en 2D les dessins que d'autres entreprises transposeront ensuite en 3D sur nos écrans.

Le président et directeur artistique de Volta Creation, Claude Bordeleau, a déjà travaillé chez Sarbakan et a participé aux premiers pas de Frima Studio, deux compagnies qui, avec les Beenox et Ubisoft, ont contribué à l'effervescence de Québec dans le jeu vidéo. M. Bordeleau a investi lui-même le capital de départ dans son entreprise. Il a décidé de l'établir à Québec parce qu'il y vit depuis huit ans et qu'il pouvait compter sur une main-d'oeuvre qualifiée.

Le président de Volta dit toutefois avoir du mal à attirer des candidats internationaux dans la capitale, à cause de sa taille. Passé de 2 à 10 employés en un peu moins de deux ans, Volta Creation planche sur plusieurs nouveaux contrats, notamment avec Sony. Dans la prochaine année, la boîte prévoit ouvrir de nouveaux bureaux à Montréal, aux États-Unis et en Asie.

Optosecurity

- Optique

- Fondation: 2003

- Employés: 40

Dans les aéroports, les gardes de sécurité qui scrutent les bagages au rayon X sont entraînés pour reconnaître à l'écran les formes des objets prohibés dans l'avion. Mais ils ne sont pas infaillibles. Avec son système de reconnaissance optique, Optosecurity les aide en détectant automatiquement les armes et les liquides explosifs d'après leur forme et leur matériau.

À l'origine, la technologie a été développée à l'Institut national d'optique à Québec. Le président d'Optosecurity, Éric Bergeron, a décelé son potentiel dans le domaine de la sécurité. Il a acquis la licence et a lancé Optosecurity en 2003. Un an et demi de recherche de financement plus tard, les opérations ont débuté.

M. Bergeron, un homme de Québec qui avait déjà travaillé dans les télécommunications et le capital de risque, a établi son entreprise dans la capitale parce qu'il pouvait compter sur une «masse critique» de chercheurs en optique avec l'INO et l'Université Laval, explique-t-il. Pour le développement de ses produits, il doit par contre recruter des employés à Montréal. Où, souligne-t-il, la main-d'oeuvre est plus familière avec les besoins concrets des clients. Optosecurity a entre autres signé deux contrats avec des agences gouvernementales américaines et prévoit faire des tests en Europe ce printemps.

Partager

Sur le même sujet

Publicité
Commentaire (0)

Commenter cet article »

À vous de lancer la discussion!

Soyez la première personne à commenter cet article.

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Connectez-vous | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de lapresse.ca. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité