Technaute.ca

Ubisoft achète THQ Montréal et Patrice Désilets

Vincent Brousseau-Pouliot, La Presse (Montréal)
23 janvier 2013 | 16 h 18
Patrice Désilets...
Patrice Désilets -
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Jeux vidéo

Il y a presque trois ans, Patrice Désilets, le concepteur de jeux vidéo le plus renommé en ville, causait une commotion dans l'univers montréalais du jeu vidéo en quittant Ubisoft pour le nouveau studio de THQ à Montréal.

Nouvelle commotion jeudi, mais cette fois pour son retour chez Ubisoft, qui a racheté THQ Montréal dans le cadre de la faillite du groupe américain THQ.

Dans une enchère supervisée par le tribunal américain des faillites, Ubisoft a offert 2,5 millions US pour les actifs de THQ Montréal, dont Patrice Désilets et son nouveau projet baptisé 1666.

«Nous sommes ravis d'accueillir les talents créatifs de THQ Montréal, a dit Yannis Mallat, PDG d'Ubisoft Montréal. Le moment est bon, puisque nous envisagions une croissance de nos forces créatives à Montréal. Nous connaissons bien Patrice, il a travaillé avec nous pendant 13 ans, c'est un très grand créateur.»

Ubisoft a été la seule entreprise à miser pour THQ Montréal.

Ironiquement, M. Désilets était à Paris - la ville du siège social d'Ubisoft - lors de l'annonce du nouveau propriétaire de THQ Montréal, alors qu'il participait à une conférence sur le jeu vidéo en France. Il a été impossible de lui parler hier.

L'homme de 38 ans a fait sa marque dans l'industrie du jeu vidéo comme directeur créatif des deux premiers opus de la franchise à succès Assassin's Creed pour Ubisoft au milieu des années 2000.

Son nouveau projet chez THQ (maintenant chez Ubisoft) est un jeu d'aventure historique intitulé 1666, dont la sortie est prévue à l'automne 2015, selon les documents déposés en cour par THQ.

Ubisoft met aussi la main sur un autre projet de THQ Montréal, nommé Underdog.

Au cours des trois dernières années, les relations ont été plutôt tendues entre Patrice Désilets et son ancien studio.

Après le départ de M. Désilets, Ubisoft a demandé des injonctions contre THQ pour l'empêcher de solliciter d'autres employés. Dans le petit milieu du jeu vidéo montréalais, la défunte rivalité THQ-Ubisoft ne faisait aucun doute.

Si Ubisoft s'est engagé explicitement en cour à respecter le contrat de Patrice Désilets, le sort des 180 autres employés de THQ Montréal n'est pas encore arrêté. Feront-ils tous le saut chez Ubisoft? L'entreprise française fait valoir qu'il est encore trop tôt pour répondre à cette question.

Le résultat des enchères doit être approuvé par le tribunal américain des faillites et la transaction devrait être conclue d'ici la fin de la semaine. Ubisoft dit avoir l'intention de «rencontrer les employés» et de «mettre en place une structure pour travailler dans la continuité avec les créateurs de THQ Montréal».

Mis en faillite en décembre dernier, THQ avait déniché une offre de 60 millions du fonds d'investissement privé californien Clearlake Capital Group.

Mais le tribunal américain des faillites a jugé pouvoir obtenir davantage en vendant séparément les différents studios et les projets de THQ. C'est ainsi qu'Ubisoft a mis la main sur THQ Montréal et sur Patrice Désilets.

Surprenant, le retour de Patrice Désilets chez Ubisoft? «Tout est possible dans cette industrie», dit Yannis Mallat, PDG d'Ubisoft Montréal.

 

Partager

Sur le même sujet

Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité