Technaute.ca

XCOM enemy unknown: nous ne sommes pas seuls dans l'univers

Félix Locas, collaboration spéciale, La Presse (Montréal)
29 octobre 2012 | 07 h 38
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Jeux vidéo

L'ancêtre de XCOM: Enemy Unknown est un populaire jeu vidéo éponyme paru en 1994. Le concepteur Firaxis lui donne aujourd'hui un second souffle, renouant avec l'histoire de science-fiction et l'expérience de jeu qui ont fait sa renommée. Un titre revisité avec soin et ingéniosité.

Si l'intrigue de XCOM évolue lentement d'une mission à l'autre, sa mise en contexte, elle, est rapidement dévoilée: des extraterrestres envahissent la Terre et il n'est pas question de négocier. Le scénario est plutôt bien construit, malgré des dialogues un peu simplets et des jeux d'acteurs monotones, surtout dans sa version française.

XCOM est un jeu de stratégie et de gestion en tour par tour; un genre qui se fait rare et avec lequel il fait du bien de renouer. Le participant construit lentement sa base souterraine et affronte l'ennemi sur de grands échiquiers accidentés.

De ses quartiers généraux, le joueur investit ses ressources dans la recherche de nouvelles technologies et dans la production d'armes et d'appareils dévastateurs. Il consulte aussi son centre de contrôle pour garder un oeil sur la quinzaine de nations susceptibles d'être attaquées par l'envahisseur.

Il est primordial de bien choisir les missions à accomplir afin qu'un minimum de pays ne cède à la panique, ce qui garantit une économie forte. C'est d'ailleurs lors de ces missions que l'aspect tactique de XCOM prend tout son sens. Le joueur sélectionne jusqu'à six unités qu'il déploie en zone de guerre, puis il les dirige un à la fois sur le champ de bataille, selon une perspective isométrique.

Chaque personnage peut accumuler de l'expérience et ainsi accéder à l'une des quatre classes disponibles (sniper, commando, etc.), lesquelles octroient différentes habiletés offensives et défensives. Mais attention, un soldat tué au combat est perdu définitivement et il faudra le remplacer par une recrue vulnérable.

L'interface de XCOM est soignée, mais elle aurait gagné à offrir davantage d'information. Comment et pourquoi déployer les satellites? Quelle est l'utilité des ressources et comment les gère-t-on? Le joueur devra faire preuve de patience et déchiffrer des indications sommaires pour apprivoiser, souvent à tâtons, certaines mécanismes fondamentaux du jeu.

Par ailleurs, on ne louange pas XCOM pour sa qualité graphique. Si les animations lors des combats contribuent à l'immersion, elles donnent aussi lieu à de fréquentes énormités, telles que des mouvements de personnages qui passent au travers des murs ou qui ignorent les règles élémentaires de la physique.

Le verdict

Les premières heures de jeu de XCOM ne sont pas les plus engageantes (les possibilités stratégiques paraissent limitées en début de partie), mais le résultat final est très réussi. L'aventure séduira quiconque s'en donne la peine.

***1/2

Concepteur: Firaxis

Éditeur: 2K Games

Plateforme: PC, PS3, Xbox 360

Cote: M (17")

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité