Technaute.ca

Les jeux vidéo, un art qui s'expose

Robert MACPHERSON, Agence France-Presse (Washington, DC)
18 mars 2012 | 10 h 52
Cinq jeux -- «Pac-Man», «Super Mario Brothers», «Le... (Photo AFP)
Cinq jeux -- «Pac-Man», «Super Mario Brothers», «Le secret de l'île aux singes», «Myst» et «Flower» -- tournent sur les écrans avec leurs manettes d'origine. Le visiteur peut y jouer, les images étant projetées sur les murs. - Photo AFP
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Jeux vidéo

Les jeux vidéo sont-ils de l'art? Oui, répondent les organisateurs d'une exposition qui vient de s'ouvrir à l'American Art Museum de Washington, célébrant la créativité de ces jeux et des artistes qui les conçoivent, dans un secteur en pleine expansion.

«L'art des jeux vidéo» raconte les 40 ans d'histoire de ce loisir passé des stands spécialisés aux salons familiaux avec un dessin, une interactivité et des histoires toujours plus évoluées.

«Ce n'est pas la première exposition qui utilise les jeux vidéo, mais c'est sans doute la première qui les présente comme une forme d'art», dit à l'AFP le commissaire de l'exposition, Chris Melissinos.

«Elle ne porte pas sur l'art dans les jeux vidéo», ajoute ce passionné depuis sa plus tendre enfance à New York, elle porte sur «le jeu vidéo, lui-même comme forme d'art».

Dans une atmosphère lumineuse rouge et bleue, à côté d'une installation vidéo de l'artiste Nam June Paik, l'exposition présente 80 jeux créés pour 20 systèmes différents, de l'Atari VCS des années 1970 à la PlayStation 3 actuelle, «marqueurs de leurs générations», dit le commissaire.

Cinq jeux -- «Pac-Man», «Super Mario Brothers», «Le secret de l'île aux singes», «Myst» et «Flower» -- tournent sur les écrans avec leurs manettes d'origine. Le visiteur peut y jouer, les images étant projetées sur les murs.

Des consoles depuis longtemps oubliées comme ColecoVision qui présentait «Donkey Kong» ou l'ordinateur Commodore 64 et son «Attaque des chameaux mutants» sont enchâssées sous plexiglas, comme de précieux vestiges d'une autre époque.

«Les joueurs reconnaissent les jeux de chaque période», dit Chris Kohler, rédacteur en chef du magazine Wired qui a conseillé l'exposition, «les autres vont comprendre que c'est de l'art, comment il a évolué», dit-il.

Des vidéos, que l'on peut voir sur le site internet du musée (www.americanart.ci.edu) présentent des interviews de spécialistes reconnus du secteur.

Jenova Chan raconte ainsi comment la campagne californienne lui a inspiré «Flower» dans lequel le joueur survole des paysages à la Van Gogh, et doit cueillir des fleurs.

«J'ai grandi à Shanghai, je n'avais jamais vu de collines», dit-il, «quand je suis venu en Californie, j'ai vu des fermes, des moulins, je voulais montrer ce qui m'avait bouleversé», ajoute-t-il.

«Les jeux, ce n'est pas simplement de faire sauter des gens d'un point à un autre», dit dans une autre vidéo la créatrice, Jennifer MacLean. Une bonne partie des créateurs de jeux sont des femmes de plus de 35 ans.

«Je veux améliorer la vie des gens en leur montrant comment avoir davantage de sensations, aimer plus, sentir le monde autour d'eux», dit-elle.

Un catalogue illustré est publié sur l'exposition, qui s'est ouverte en même temps que GameFest!, deux jours de jeux et de conférences sur le sujet, qui tournera ensuite jusqu'à fin septembre dans dix villes américaines.

 

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité