Technaute.ca

Les concurrents de Gmail également visés par des espions

Agence France-Presse (San Francisco)
03 juin 2011 | 22 h 35
La nouvelle version de Yahoo Mail... (Image: Yahoo)
La nouvelle version de Yahoo Mail - Image: Yahoo
Ajouter à Ma Presse
Taille du texteTaille du texte
ImprimerImprimer
EnvoyerEnvoyer
Commenter Commenter
RSS - Internet RSS - Les pirates du web

La firme de sécurité sur internet Trend Micro a averti vendredi que des espions avaient tenté d'infiltrer les services de messagerie électronique de Microsoft et Yahoo!, en plus de ceux de Google.

Alors que des agents fédéraux enquêtent sur une campagne d'espionnage de la messagerie Gmail dévoilée par Google, Trend Micro estime que les messageries Hotmail (Microsoft) et Yahoo! ont également été attaquées.

«Bien que ces attaques semblent avoir été conduites séparément, elles ont des similitudes importantes», a commenté Nart Villeneuve, spécialiste des attaques informatiques chez Trend Micro.

Mercredi, Google avait indiqué que les comptes Gmail de responsables américains, de dissidents chinois, de responsables militaires et de journalistes avaient été piratés depuis la Chine.

Outre une surveillance des comptes de messagerie, les espions semblent avoir eu l'intention de sonder les ordinateurs piratés pour déterminer quel type de logiciel était utilisé.

«Une fois que les pirates savent quel logiciel est installé sur l'ordinateur visé, y compris sa protection antivirus, ils peuvent concevoir une attaque précise visant tout logiciel vulnérable», a souligné M. Villeneuve.

«De telles attaques ont de très bonnes chances de succès», a-t-il conclu.

Selon le Wall Street Journal, citant un responsable non identifié, les courriels personnels de membres de l'administration américaine, y compris à la Maison Blanche, ont été visés par ces attaques. Le quotidien ne précise pas quels étaient les responsables en question. La Maison Blanche a précisé qu'aucun compte officiel n'avait été touché.

Jeudi, la secrétaire d'État Hillary Clinton avait averti que le gouvernement américain «prenait au sérieux» les allégations de Google, qu'elle a qualifiées de «très graves». Son porte-parole a déclaré vendredi que les États-Unis avaient fait part de leurs inquiétudes à la Chine.

Pékin a refusé d'endosser la responsabilité de ces piratages.

Le directeur de l'équipe d'ingénieurs chargés de la sécurité chez Google, Eric Grosse, a indiqué dans un message posté sur un blogue de la compagnie que le but de ces attaques «semble avoir été de surveiller le contenu des courriels» des victimes du piratage.

Partager
Publicité
ImprimerImprimer RetourRetour HautHaut

Publicité
Publicité